Glace ou chaleur?

Lorsque survient une blessure et que la douleur se fait sentir, une question surgit fréquemment : faut-il appliquer de la glace ou de la chaleur ? Dans les lignes qui suivent, nous tenterons de vous expliquer les mécanismes sous-jacents à l’application de la glace et de la chaleur pour ainsi vous faciliter la tâche lors de votre prochain questionnement.

Différents types de blessures peuvent survenir mais nous parlerons plus spécifiquement des blessures d’ordre musculo-squelettique soit affectant les muscles, les os et les structures environnantes. Quelques exemples sont les entorses ligamentaires, tendinites, bursites, étirements musculaires et fractures.

Suite à une blessure, une douleur est habituellement ressentie et un processus inflammatoire est enclenché au niveau de la blessure pouvant provoquer un gonflement au niveau du membre blessé, appelé œdème. Le processus inflammatoire est une réponse protectrice ayant pour but de détruire le tissu endommagé et de stimuler la réparation de ces tissus. Par contre, cette réponse inflammatoire doit être contrôlée car elle peut avoir aussi l’effet inverse et retarder la guérison lorsqu’elle dure trop longtemps. La glace a pour rôle de diminuer l’inflammation et par le fait même, la douleur via son effet sur le diamètre des vaisseaux sanguins. En effet, c’est par les vaisseaux sanguins que circulent les cellules inflammatoires pour se rendre au site de la blessure. La glace agit en diminuant le diamètre des vaisseaux sanguins et par le fait même, permet de contrôler le processus inflammatoire.

Bien sûr, l’application de glace n’est pas très confortable mais son effet compense largement pour les quelques minutes d’inconfort apporté. En effet, seulement les 2 ou 3 premières minutes seront peut-être douloureuses car par la suite, les récepteurs au froid et à la douleur seront « gelés » et un soulagement surviendra. Il est donc approprié d’appliquer de la glace suite à une récente blessure. Si la douleur est très intense, il est possible d’appliquer la glace de 12 à 15 minutes à toutes les 2 heures. Cette période permet aux tissus de reprendre leur température normale avant la nouvelle application de glace. Pour une douleur moins importante, la glace peut être appliquée 2 à 3 fois par jour.

La glace fait toujours partie d’un ensemble de conseils à suivre suite à une blessure. Le repos de l’articulation ou du membre atteint ainsi que l’élévation de ce dernier afin de limiter l’œdème sont aussi suggérés. Évidemment, la consultation médicale peut être appropriée selon la gravité de la blessure.

Et alors, cette chaleur relaxante et confortable, quand est-il recommandé de l’utiliser? Certainement pas lors de la phase inflammatoire car elle a pour effet d’augmenter le diamètre des vaisseaux sanguins et par le fait même, de favoriser un apport sanguin. Ceci augmenterait le processus inflammatoire et pourrait causer des dommages plus importants. Cet effet est recherché pour accélérer la guérison lors de la phase de réparation des tissus par un apport accru de cellules réparatrices qui parviennent au site de lésion via les vaisseaux sanguins. De plus, la chaleur permet de relâcher les tensions musculaires et d’apporter ainsi un soulagement.

Maintenant, nous espérons donc que lorsque surgira la fameuse question de glace ou chaleur, vous saurez y répondre adéquatement et pourrez aider votre entourage dans le besoin.