Le ski alpin: blessure et prévention

Vous avez peut-être commencé votre saison de ski ou vous apprêtez à en profiter. Afin d’éviter une blessure, il est important de faire un réchauffement complet avant de débuter votre journée de ski. Également, le port d’un équipement adéquat aide à diminuer les risques.

Les blessures de ski alpin touchent dans 60% des cas le membre inférieur et dans 30% le membre supérieur. En planche à neige, les blessures au membre supérieur augmentent à 50% et s’observent surtout au poignet. Les blessures au tronc et à la tête surviennent dans 10% des cas.

L’articulation de loin la plus touchée est le genou. Celle-ci a tendance à subir des entorses au ligament collatéral interne parfois combiné avec une entorse du ligament croisé antérieur. L’atteinte d’un ménisque peut aussi accompagner le tout. Le mécanisme de lésion est un stress du côté externe du genou amenant celui-ci vers l’intérieur combiné avec une rotation externe de la partie inférieure de la jambe. Habituellement, ceci survient lorsque l’alignement parallèle des skis est perdu, le plus souvent, chez le débutant qui a tendance à skier avec une base élargie.

Suite à ce traumatisme, il y a apparition de douleur à la face interne du genou qui peut être accompagnée, dans les 24 heures suivant la chute, d’un gonflement du genou. Plus le gonflement est rapide plus la blessure est sérieuse. Une diminution de la mobilité du genou s’installe progressivement due au phénomène inflammatoire.

La première chose à faire est de mettre l’articulation au repos en élévation avec de la glace pendant 12 minutes. Il serait préférable de garder le membre surélevé et de répéter la glace à toutes les heures. Une visite à l’urgence est fortement recommandée. La physiothérapie dans les stades aigus pourrait vous aider à diminuer le phénomène inflammatoire et à augmenter la mobilité de votre genou rapidement. Par la suite, le physiothérapeute vous enseigner des exercices de renforcement spécifique afin d’éviter une récidive.

Il faut savoir que la guérison complète du ligament prend un an. Et n’oubliez jamais que votre pire ennemi est la fatigue.

Soyez prudent!